28 Novembre 2021

EU | ES | EN | FR

HISTOIRE

Lorsque nous parlons du marathon de Saint-Sébastien, nous parlons d’une course qui a plus de 40 ans d’histoire, la deuxième plus ancienne du genre en Espagne.

L’histoire du marathon de Saint-Sébastien a commencé le 15 octobre 1978. Il s’agit donc, après Madrid (21 mai), du deuxième plus ancien de tous ceux qui ont lieu en Espagne. Pour retracer son histoire, El Diario Vasco a réuni, il y a quelques années, deux personnes qui ont vécu de près la naissance de notre marathon. Il s’agissait de Patxi Ripalda et de Juanjo Ozkariz, qui sont désormais juges honoraires de la Fédération royale espagnole d’athlétisme. À l’époque, ils occupaient des postes spécifiques au sein de l’organigramme du développement logistique de la course.

Patxi Ripalda, originaire de Saint-Sébastien, a été président de la FAG pendant 12 ans (de 1988 à 1996 et de 2000 à 2004), président du Collège des juges de la FAG, juge aux Jeux olympiques de Barcelone 92 et juge national. Il a également participé aux premières éditions de la course. « J’étais un coureur de vitesse. Compte tenu de l’engouement suscité par l’organisation de ce marathon, j’ai décidé de m’y préparer. Je dois dire que mes muscles ont beaucoup souffert. Je garde précieusement la médaille et le diplôme, signé par feu José María Imaz, originaire de Tolosa et président de l’époque. L’architecte derrière tout cela était le regretté Rafa Puignau. Rafa était un grand fan d’athlétisme. Il avait participé aux Championnats d’Europe et était ravi de cette expérience. Il nous a parlé de la possibilité d’organiser un marathon dans la ville. Notre groupe d’amateurs s’est alors mis au travail. Je peux vous affirmer que le marathon a été élaboré de manière pratiquement artisanale. Gaspar Esnaola, double vainqueur en 1981 (2h24) et en 1983 (2h18), nous a également beaucoup aidés. »

Juanjo Ozkariz, également de Saint-Sébastien, confirme les propos de son ami Patxi. « Le créateur et l’idéologue était notre célèbre et bien-aimé Rafa Puignau. Il était très passionné par ce sport et était toujours au courant de tout ce qui se passait dans le monde de l’athlétisme. »

Chronométrage manuel, puces...

Ce qui a commencé à l’aide de méthodes artisanales a progressivement évolué avec l’introduction de technologies plus avancées qui ont grandement facilité la logistique de l’événement. « C’était fou. Le parcours de la première édition comportait un tour de quatre kilomètres et deux tours de 19 kilomètres. Pour l’homologation, nous avons utilisé une roue et cela s’est avéré être un désastre, car l’asphalte était très bosselé. Lors les éditions suivantes, nous avons utilisé un ruban. Ce système était très laborieux et il nous a fallu plusieurs dimanches pour le réaliser. Nous étions un groupe de juges, dont l’un se plaçait en première position tandis que les autres s’installaient tous les 25 mètres jusqu’à atteindre 100 mètres, et ainsi de suite jusqu’à ce que les 42,195 kilomètres soient atteints. Le parcours longeait le Paseo Nuevo. Plus tard, il a été décidé d’éliminer ce passage en raison des fortes vagues. Quelque 2 500 athlètes y ont participé, dont beaucoup étaient très jeunes, ce qui est interdit et impensable aujourd’hui. Il était frappant de voir comment tous les hommes ont franchi la ligne d’arrivée les tétons ensanglantés. L’équipement sportif, les chaussures, les baskets, les collants... cela n’avait rien à voir avec ce qui se fait aujourd’hui. Le contrôle était effectué manuellement et le numéro de dossard était imprimé et fixé sur le T-shirt avec des épingles à nourrice. Ensuite, il y a eu la puce fixée à la chaussure et, aujourd’hui, la puce incorporée au dossard. »

Dans les années 70, il n’était pas courant de voir des femmes courir, et encore moins participer à des marathons. Lourdes Gabarain, originaire de Tolosa, a fait office de pionnière, étant la première femme en Espagne à terminer un marathon officiel. En 1977, alors qu’aucun marathon n’était encore organisé en Espagne (à l’exception du marathon annuel d’État pour les athlètes appartenant à une fédération, auquel les femmes ne participaient pas), Lourdes, qui n’avait pas encore atteint la majorité, a fait ses débuts à Bordeaux, en France, où elle a réalisé un temps de 4 heures, 51 minutes et 32 secondes. Rosi Talavera, une jeune fille de 17 ans, a remporté la première édition en 1978 avec un temps de 3h27, battant le record espagnol de l’époque. « Les premières années, le nombre de filles était insignifiant. C’est génial de voir que désormais, de plus en plus de femmes courent. Année après année, le pourcentage de femmes augmente. Nous devons continuer à promouvoir leur présence pour faire en sorte que les hommes et les femmes soient représentés de manière plus équitable. »

La compétition féminine a réalisé un saut quantitatif considérable. Jusqu’à présent, le record appartenait à l’attachante athlète andorrane María Luisa Irizar, avec trois victoires sur ce circuit, et un meilleur temps obtenu en 1987 (2:36:11). Cinq années ont dû s’écouler pour qu’Ana Isabel Alonso réalise une meilleure marque (2:35:34). La coureuse originaire de Palencia s’est imposée à trois reprises et a permis à de nombreux fans d’athlétisme d’assister au record espagnol en 1995, avec un temps fantastique de 2:26:51, qui n’a toujours pas été battu depuis lors.

Pas encore inscrit(e) ?

Un changement global requiert toujours un premier pas individuel : relève de défi !

Main Sponsor

Institutional Partner

Main Partner

  • el-diario-vasco-ssm

Official partner

  • finisher

Official Supplier